La réglementation et la législation des vitres teintées de voiture

En France, l’utilisation de la vitres teintées de voiture est soumise à la législation et à l’appréciation des forces de l’ordre. Tout d’abord, l’utilisation d’un pare-brise avant teinté est soumise au code de la route :

amende vitre teinteLe fait de diminuer le champ de vision en appliquant un teintage de vitre par film teinté fait encourir un risque d’amende de troisième classe : « Tout véhicule à moteur, doit être construit ou équipé de telle manière que le champ de visibilité du conducteur, vers l’avant, vers la droite et vers la gauche soit suffisant pour que celui-ci puisse conduire avec sûreté. » (article 316 relatif à la législation sur les vitres teintées)

L’usage d’une traitement de vitrage trop teinté à l’avant est donc risqué, d’autant que la vitre peut gêner la conduite si l’environnement s’obscurcit (conduite par mauvais temps, conduite de nuit, passage dans un tunnel…). Un point à prendre en compte avant de faire son choix !

L’utilisation de vitres teintées sur les côtés, à l’avant, peut également empêcher les policiers de contrôler l’identité de la personne au volant et de savoir s’il respecte les consignes de sécurité (port de la ceinture ou usage d’un téléphone mobile). Les risques d’amende sont donc réels si l’opacité du teintage dépasse 30% (mesure relevée avec un photomètre).

A l’arrière, il n’y a pas de contre-indications, et un traitement de vitrage sur la plage arrière de la voiture est toléré, à condition naturellement de posséder des rétroviseurs de côté qui permettent de bien regarder derrière.

L’appréciation de la gêne causée par des vitres obscurcies est en réalité assez subjective. En effet, les policiers ne sont pas tous équipés d’un photomètre et ils n’ont pas forcément le même avis sur la question ! Il est cependant conseillé de ne pas faire réaliser un traitement de vitrage trop foncé, qui pourrait causer des ennuis juridiques…